DON'T STOP TRYING


















Je plie ma haine
Des origamis de crachats
Dans chaque vingt-quatre heures
De la délation à la petite semaine
Chloé Savoie-Bernard — sur Françoise Stéréo


Hold your temper
Hold your tongue


En somme, être femme, socialement, c’est essentiellement être délicate. Les femmes réelles, incarnées dans leur corporalité et leur diversité, indélicates et complexes, uniques, poilues, jouissantes, indignées, accouchantes, allaitantes, n’ont pas l’approbation masculine. La délicatesse, c’est le déni de la corporéité plurielle des femmes, de leur incarnation dans le corps humain, de leur matérialité jusqu’à leur fonctions physiologiques les plus primaires (péter, roter, accoucher), mais aussi aux fonctions psychologiques ou émotionnelles (se mettre en colère, crier, rager). C’est la pression à la réserve, au silence, à l’inexistence ou encore à l’existence ornementale.
Dictionnaire du sexisme linguistique





Feminism is my second favorite « F » word









FEMINISM




Radical social change cannot take place without having an effect upon patriarchy. And not simply because it is the political form which subordinated such a large percentage of the population (women and youth) but because it serves as a citadel of property and traditional interest. Marriages are financial alliances and each household operates as an economic entity much like a corporation.
Patriarchy’s chief institution is the family. It is both a mirror of and a connection with the larger society; a patriarchal unit within a patriarchal whole. Mediating between the individual and the social structure, the family effects control and conformity where political and other authorities are insufficient. As the fundamental instrument and the foundation unit of patriarchal society the family and its roles are prototypical. Serving as an agent of the larger society, the family not only encourages its own members to adjust and conform, but acts as a unit in the government of the patriarchal state which rules its citizens through its family heads. Even in patriarchal societies where they are granted legal citizenship, women tend to be ruled through the family alone and have little or no formal relation to the state.
At present, as in the past, physical exertion is very generally a class factor, those at the bottom performing the most strenuous tasks, whether they be strong or not. It is often assumed that patriarchy is endemic in human social life, explicable or event inevitable on the grounds of human physiology. Such a theory grants patriarchy logical as well as historical origin. Yet if as some anthropologists believe, patriarchy is not of primeval origin, then the argument of physical strengh as a theory of patriarchal origins would hardly constitute a sufficient explanation.
The uneasiness and disgust female genitals arouse in patriarchal societies is attested to through religious, cultural, and literary proscription. In preliterate groups fear is also a factor, as in the belief in a castrating vagina denata. The penis, badge of the male’s superior status in both preliterate and civilized patriarchies, is given the most crucial significance, the subject both of endless boasting and endless anxiety.
Kate Millett — Sexual Politics


BECAUSE us girls crave records and books and fanzines that speak to US that WE feel included in and can understand in our own ways.
BECAUSE we wanna make it easier for girls to see/hear each other's work so that we can share strategies and criticize-applaud each other.
BECAUSE we must take over the means of production in order to create our own moanings.
BECAUSE viewing our work as being connected to our girlfriends-politics-real lives is essential if we are gonna figure out how we are doing impacts, reflects, perpetuates, or DISRUPTS the status quo.
BECAUSE we recognize fantasies of Instant Macho Gun Revolution as impractical lies meant to keep us simply dreaming instead of becoming our dreams AND THUS seek to create revolution in our own lives every single day by envisioning and creating alternatives to the bullshit christian capitalist way of doing things.
BECAUSE we want and need to encourage and be encouraged in the face of all our own insecurities, in the face of beergutboyrock that tells us we can’t play our instruments, in the face of «authorities» who say our bands/zines/etc are the worst in the US and
BECAUSE we don’t wanna assimilate to someone else’s (boy) standards of what is or isn’t.
BECAUSE we are unwilling to falter under claims that we are reactionary «reverse sexists» AND NOT THE TRUEPUNKROCKSOULCRUSADERS THAT WE KNOW we really are.
BECAUSE we know that life is much more than physical survival and are patently aware that the punk rock «you can do anything» idea is crucial to the coming angry grrrl rock revolution which seeks to save the psychic and cultural lives of girls and women everywhere, according to their own terms, not ours.
BECAUSE we are interested in creating non-hierarchical ways of being AND making music, friends, and scenes based on communication + understanding, instead of competition + good/bad categorizations.
BECAUSE doing/reading/seeing/hearing cool things that validate and challenge us can help us gain the strength and sense of community that we need in order to figure out how bullshit like racism, able-bodieism, ageism, speciesism, classism, thinism, sexism, anti-semitism and heterosexism figures in our own lives.
BECAUSE we see fostering and supporting girl scenes and girl artists of all kinds as integral to this process.
BECAUSE we hate capitalism in all its forms and see our main goal as sharing information and staying alive, instead of making profits of being cool according to traditional standards.
BECAUSE we are angry at a society that tells us Girl = Dumb, Girl = Bad, Girl = Weak.
BECAUSE we are unwilling to let our real and valid anger be diffused and/or turned against us via the internalization of sexism as witnessed in girl/girl jealousism and self defeating girltype behaviors.
BECAUSE I believe with my wholeheartmindbody that girls constitute a revolutionary soul force that can, and will change the world for real.

Bikini Kill #2 manifesto

JE SUIS FURIEUSE CONTRE LA SOCIÉTÉ QUI M’A ÉDUQUÉE SANS JAMAIS M’APPRENDRE À BLESSER UN HOMME S’IL M‘ÉCARTE LES CUISSES DE FORCE, ALORS QUE CETTE MÊME SOCIÉTÉ M’A INCULQUÉ L’IDÉE QUE C’ÉTAIT UN CRIME DONT JE NE DEVAIS JAMAIS ME REMETTRE.
Virginie Despentes — King Kong Théorie











Le corps et l’esprit sont malades d’un régime binaire. La norme tue. L’ordre tue. L’injonction tue. Vous nous avez persécuté·e·s, jugé·e·s, chassé·e·s, brulé·e·s, contrôlé·e·s et vous nous avez confisqué tout. Aujourd’hui nous venons guérir les mots d’ordre. La nature est vivante, sa médecine est notre pharmacopée et c’est par sa main que nous allons nous venger. La magie imprègne la vie, lors d’assemblée nocturne et de déambulations diurnes.
Nous sommes fortes, fières, dérangeantes, incandescentes, sorcières. Insolentes, nous narguons les pouvoirs et les hommes. Autonomes, nous brisons l’autorité. Nous sommes le « désordre des sens ».
L’étincelle de puissance, la fumée dangereuse, la subversion prodigieuse. Nous sommes les femmes qui aiment les femmes, les paysannes, les marginales, les vagabondes, les vieilles, les sages femmes et nous menaçons le pouvoir de sa dégradation.
Nous apparaissons, nous disparaissons. Nous sommes intempestives, nous fuyons. Dans les sous-bois, dans les rues, dans les maisons. Nos identités sont multiplication. Nous sommes fluidité et destruction. Camouflage, trucage, sabotage, falsification. Tout, nous détournerons. Notre rire fracasse le mâle. Notre beauté irradie et notre plaisir désagrège la peur.
Nous ne vous laisserons pas un instant de paix tant que vous vacillerez. Nous sommes de ces groupes qu’on appelle monstres, sorcières, et si tu es téméraire regarde au fond de notre oeil à la lumière et voir apparaître dans sa couleur, son myosis et sa colère ce message :
« Tremblez, tremblez, les sorcières sont de retour ! »
Appel au sabbat













I know, I know, I’m standing for myself,
I am such a bitch

REMEMBER: IF YOU’RE QUIET, YOU’RE COMPLICIT










We teach girls to shrink themselves, to make themselves smaller
We say to girls: «You can have ambition, but not too much
You should aim to be successful, but not too successful
Otherwise, you will threaten the man».
Because I am female, I am expected to aspire to marriage
I am expected to make my life choices always keeping in mind that
marriage is most important.
Now, marriage can be a source of joy and love and mutual support
But why do we teach girls to aspire to marriage and we don’t teach
boys the same?
We raise girls to see each other as competitors
Not for jobs or for accomplishments, which I think can be good
But for attention of men
Feminist: a person who believes in the social, political, and economic
equality of sexes
Chimamanda Ngozie Adichie











MAKE A SCENE


Mine eyes have seen the glory of the flame of women’s rage
Kept smoldering for centuries, now burning in this age
We no longer will be prisoners in that same old gilded cage
That’s why we’re marching on…
You think that you can buy is off with crummy wedding rings
You never give us half the profit that our labour brings
Our anger eats into us, we’ll no longer bend to kings,
That’s why we’re marching on…
Meredith Tax (Black Panther) — Battle Hymn of the Republic




Anger is loaded with information and energy. When I speak of women of Color, I do not only mean Black women. The woman of Color who is not Black and who charges me with rendering her invisible by assuming that her struggles with racism are identical with my own has something to tell me that I had better learn from, lest we both waste ourselves fighting the truths between us. If I participate, knowingly or otherwise, in my sister’s oppression and she calls me on it, to answer her anger with my own only blankets the substance of our exchange with reaction. It wastes energy. And yes, it is very difficult to stand still and to listen to another woman’s voice delineate an agony I do not share, or one to which I myself have contributed. […] Hatred is the fury of those who do not share our goals, and its object is death and destruction. Anger is a grief of distortions between peers, and its object is change. But our time is getting shorter. We have been raised to view any difference other than sex as a reason for destruction, and for Black women and white women to face each other’s angers without denial or immobility or silence or guilt is in itself a heretical and generative idea. It implies peers meeting upon a common basis to examine difference, and to alter those distortions which history has created around our difference. For it is those distortions which separate us. And we must ask ourselves: Who profits from all this? […] I cannot hide my anger to spare you guilt, nor hurt feelings, nor answering anger; for to do so insults and trivializes all our efforts. Guilt is not a response to anger; it is a response to one’s own actions or lack of action. If it leads to change then it can be useful, since it is then no longer guilt but the beginning of knowledge. Yet all too often, guilt is just another name for impotence, for defensiveness destructive of communication; it becomes a device to protect ignorance and the continuation of things the way they are, the ultimate protection for changelessness. […] For women raised to fear, too often anger threatens annihilation. In the male construct of brute force, we were taught that our lives depended upon the good will of patriarchal power. The anger of others was to be avoided at all costs because there was nothing to be learned from it but pain, a judgment that we had been bad girls, come up lacking, not done what we were supposed to do. And if we accept our powerlessness, then of course any anger can destroy us. But the strength of women lies in recognizing differences between us as creative, and in standing to those distortions which we inherited without blame, but which are now ours to alter. The angers of women can transform difference through insight into power. For anger between peers births change, not destruction, and the discomfort and sense of loss it often causes is not fatal, but a sign of growth. […] For it is not the anger of Black women which is dripping down over this globe like a diseased liquid. It is not my anger that launches rockets, spends over sixty thousand dollars a second on missiles and other agents of war and death, slaughters children in cities, stockpiles nerve gas and chemical bombs, sodomizes our daughters and our earth. It is not the anger of Black women which corrodes into blind, dehumanizing power, bent upon the annihilation of us all unless we meet it with what we have, our power to examine and to redefine the terms upon which we will live and work; our power to envision and to reconstruct, anger by painful anger, stone upon heavy stone, a future of pollinating difference and the earth to support our choices.
Audre Lorde — The Use of Anger

Ne me libère pas,
je m'en charge

Le rose c’est pour la déco,
le poing c’est pour ta gueule







Men literally have no idea how to event legitimately recognize or name our anger – largely because we don’t either. This is new territory for everybody. Women’s rage has been so sublimated for so long that there’s simply no frame for what happens when it finally comes to the surface.
Sara Robinson

How does that feel?
It feels blind
How does that feel?
Well it feels fucking blind
What have you taught me? Nothing
Look at what you've taught me
You're world has taught me nothing
I'm the woman I was taught to always be: hungry
Yeah women are well acquainted with thirst
Well, I could eat just about anything
We might even eat your hate up like love

I eat your hate like love
I'd eat your fucking hate up like love

Bikini Kill — Feels Blind










On dit toujours aux petites filles en colère de se taire. On leur dit de se calmer, de trouver les bons mots pour dire les choses calmement au lieu de crier. On leur dit de baisser le ton, de retenir leur voix. On leur interdit de tambouriner des pieds. On ; serre fort dans la camisole de force de nos bras. Tout pour que la colère ne l’emporte pas sur la raison calme, le compromis, la mesure, la conciliation.
On laisse entendre que la petite fille en colère est une exception, qu’elle est la seule, qu’elle est une aberration. Mais les petites filles en colère sont légion. Elles sont partout, et on dépense une énergie folle pour leur disparition.
[…]
Mauvaise fille qui fait une sainte colère
Martine Delvaux — Sainte colère




The furious female is, we are told to this day, in innumerable ways, both subtle and stark, a perversion of both nature and our social norms. She is ugly, emotional, out of control, sick, unhappy, unpleasant to be around, unpersuasive, irrational, crazy, infantile. Above all, she must not be heard.
Rebecca Traister — good and mad

Soon pussy’ll grab back







La guerre menée contre le corps des femmes est une guerre contre notre droit d’exister telles que nous sommes, avec toutes nos imperfections et nos défauts, bosses, creux, rides et lignes, tous les traits avec lesquels nous sommes nées et qui se transforment, avec la vie qui passe, l’âge et l’approche de la mort […] En définitive, la guerre contre le corps des femmes est un conflit désespéré contre toute l’humanité et contre notre droit d’exister en dehors de toute domination et de toute violation ; nous vivons littéralement un état de siège, une invasion au plus profond de nous-mêmes, où nos corps sont des territoires occupés, où nos esprits, nos coeurs et âmes sont à découvert et notre existence même mise en jeu.
Carla Rice — Mon corps est un champ de bataille



ANGRY WOMEN WILL CHANGE THE WORLD



La barricade ferme la rue mais ouvre la voie










Il y a cette représentation classique de la révolution vue comme un moment d’accélération. Peut-être que ce n’est pas du tout ça, peut-être qu’il s’agit toujours d’arrêter le temps, de ralentir le temps. […] Le fait de tirer sur les montres par exemple, ça signifie suspendre le temps. Et suspendre le temps, c’est aussi gagner du temps et cela veut dire retenir l’effondrement et suspendre la fin ou la repousser.
Heiner Müller

Désobéis à l’argent et à son égoïsme
Désobéis à l’habitude
Obéis à la folle inventivité de la vie
Désobéis à la désobéissance
Désobéis à tout ce qui n’est pas toi
Désobéis à tout ce qui te ressemble trop
Désobéis-toi
Désobéis-moi
Désobéissons

Joséphine Bacon — Matshimashka / Résiste

Don't give up.
Détruire le monde se doit d’être jouissif

Ne produis rien.
Change de sexe.
Deviens le maître de ton professeur.
Sois l’élève de ton étudiant.
Sois l’amant de ton chef.
Sois l’animal de ton chien.
Tout ce qui marche sur deux pattes est un ennemi.
Prends soin de ton infirmière.
Entre dans une prison et rejoue la scène centrale de la Ferme des animaux.
Deviens l’assistant de ta secrétaire.
Va nettoyer la maison de la femme de ménage.
Prépare un cocktail pour le barman.
Ferme la clinique.
Pleure et rie.
Abjure la religion qui t’a été donnée.
Danse sur les tombes de ton cimetière secret.
Change de nom.
Change d’ancêtres.
Ne cherche pas à plaire.
N’achète rien que tu aies vu transformé en icône sur un écran ou tout autre support visuel.
Enterre la sculpture d’Apollon.
Ne cherche pas à plaire.
Fais tes cartons sans savoir où tu déménages.
Abandonne tes enfants.
Cesse de travailler.
Entre dans un camp de réfugiés et rejoue la scène centrale de la Ferme des animaux.
Prostitue ton père.
Passe une frontière.
Exhume le corps de Diogène.
Clos ton compte Facebook.
Ne souris pas au moment de la photo.
Ferme ton compte Google.
Entre dans un musée et rejoue la scène centrale de la Ferme des animaux.
Abandonne ton mari pour une femme de dix ans de moins que toi.
Tout ce qui marche à quatre pattes et tout ce qui a des ailes est un ami.
Demande la clôture de ton compte bancaire.
Rase-toi la tête.
Ne cherche pas le succès.
Abandonne ton mari pour un chien.
Rédige une réponse automatique pour ta boîte mail.

Paul B. Preciado — Fais tes cartons sans savoir où tu déménages

Protest is many things. Romance.
Habit.
A necessity, in these time of fascism, closing borders, and malignant shouty stupid.
[…]
We need to fight hard, and well, with all the tools at our disposal. Sometimes, this look like painting banners, or disrupting planes deporting refugees, or figuring out the exact person in charge of the exact bit of skullduggery that’s running lives on your block.
Molly Crabapple — Resist!

une pensée aux
familles des
vitrines

La poursuite du bonheur est un droit un combat
mais toi tu capitules
tu renonces
moi je te dis : jus de poisson

pouah pouah pouah

Leslie Kaplan — Mai 68, le chaos peut être un chantier

You have the power to
make the news

Get stronger.
Get better.
Get dangerous.



Saboter toute instance de représentation.
Généraliser la palabre.
Abolir les assemblées générales


Tout mouvement social rencontre comme premier obstacle, bien avant la police proprement dite, les forces syndicales et toute cette microbureaucratie dont la vocation est d’encadrer les luttes. Les communes, les groupes de base, les bandes se défient spontanément d’elles. C’est pourquoi les parabureaucrates ont inventé depuis vingt ans les coordinations qui, dans leur absence d’étiquette, ont l’air plus innocente, mais n’en demeurent pas moins le terrain idéal de leurs manoeuvres. Qu’un collectif égaré s’essaie à l’autonomie et ils n’ont alors de cesse de le vider de tout contenu en en écartant résolument les bonnes questions. Ils sont farouches, ils s’échauffent ; non par passion du débat mais dans leur vocation à le conjurer. Et quand leur défense acharnée de l’apathie a enfin raison du collectif, ils en expliquent l’échec par le manque de conscience politique. Il faut dire qu’en France, grâce notamment à l’activité forcenée des différentes chapelles trotskistes, ce n’est pas l’art de la manipulation politique qui fait défaut à la jeunesse militante. De l’incendie de novembre 2005, ce n’est pas elle qui aura su tirer cette leçon : toute coordination est superflue là où il y a de la coordination, les organisations sont toujours de trop là où l’on s’organise.
Un autre réflexe est, au moindre mouvement, de faire une assemblée générale et de voter. C’est une erreur. Le simple enjeu du vote, de la décision à remporter, suffit à changer l’assemblée en cauchemar, à en faire le théâtre où s’affrontent toutes les prétentions au pouvoir. Nous subissons là le mauvais exemple des parlements bourgeois. L’assemblée n’est pas faite pour la décision mais pour la palabre, pour la parole libre s’exerçant sans but.
Le besoin de rassembler est aussi constant, chez les humains, qu’est rare la nécessité de décider. Se rassembler répond à la joie d’éprouver une puissance commune. Décider n’est vital que dans les situations d’urgence, où l’exercice de la démocratie est de toute façon compromis. Pour le reste du temps, le problème n’est celui du « caractère démocratique du processus de prise de décision » que pour les fanatiques de la procédure. Il n’y a pas à critiquer les assemblées ou à les déserter, mais à y libérer la parole, les gestes et les jeux entre les êtres. Il suffit de voir que chacun n’y vient pas seulement avec un point de vue, une motion, mais avec des désirs, des attachements, des capacités, des forces, des tristesses et une certaine disponibilité. Si l’on parvient ainsi à déchirer ce fantasme de l’Assemblée générale au profit d’une telle assemblée des présences, si l’on parvient à déjouer la toujours renaissante tentation de l’hégémonie, si l’on cesse de se fixer la décision comme finalité, il y a quelques chances que se produise une de ces prises en masse, l’un de ces phénomènes de cristallisation collective où une décision prend les êtres, dans leur totalité ou seulement pour partie.
Il en va de même pour décider d’actions. Partir du principe que « l’action doit ordonner le déroulement d’une assemblée », c’est rendre impossible tant le bouillonnement du débat que l’action efficace. Une assemblée nombreuse de gens étrangers les uns aux autres se condamne à commettre des spécialiste de l’action, c’est-à-dire à délaisser l’action pour le contrôle. D’un côté, les mandatés sont par définitions entravés dans leur action, de l’autre, rien ne les empêche de berner tout le monde. Il n’y a pas à poser une forme idéale à l’action. L’essentiel est que l’action se donne une forme, qu’elle la suscite et ne la subisse pas. Cela suppose le partage d’une même position politique, géographique – comme les sections de la Commune de Paris pendant la Révolution française –, ainsi que le partage d’un même savoir circulant. Quant à décider d’actions, tel pourrait être le principe : que chacun aille en reconnaissance, qu’on recoupe les renseignements, et la décision viendra d’elle-même, elle nous prendra plus que nous ne la prendrons. La circulation du savoir annule la hiérarchie, elle égalise par le haut. Communication horizontale, proliférante, c’est aussi la meilleure forme de coordination des différentes communes, pour en finir avec l’hégémonie.
Comité invisible — L’insurrection qui vient

Partir de zéro,
c’est râler. Il est
superbement fécond
de rejeter et de haïr,
de trancher la résille
des nuances mentales
à travers quoi tout finit
par être dans tout.

Raymond Borde — L’extricable pamphlet

L’agresseur n’est pas
celui qui se révolte
mais celui qui affirme

Direct action takes two forms. Its “positive” or proactive form is the power to create. People do things now the way they want to see them done, increasingly, in the future, without representative and vertical forms of power. They ignore “higher” powers, and flex their own collective muscles to make and implement decisions over their lives. The “negative” or reactive form of direct action, the power to resist, uses direct means to challenge the bad stuff – for example, a general strike to stop a war. Both types of direct action are useful, of course. They also go hand in hand. Students, faculty, and support staff at a university, for instance, can occupy an administration building to protest budget cuts and at the same time utilize directly democratic processes to self-determine their course of action (which may then embolden the occupiers to want en altogether different form of education).
Cindy Milstein — Anarchism and its aspirationse

Faut-il que tout le pays brûle pour combattre l’incendie ?

Il y a,
Les mouvements figés, les gestes qui se répètent, toujours les mêmes. Ceux du travail, ceux du quotidien, ceux de la manifestation, ceux du militantisme ou de l'activisme, parfois jusqu'à ceux de l'intime. Comme si il s'agissait d'une automatisation, d'une mécanisation-même des gestes et des mouvements.
Dans les luttes, un mouvement, un geste, un trope fonctionne comme idéal et éternel retour du même, l'idée de révolution.
Les révolutions sont des mouvements rotatifs. Des mouvements qui retombent sur leurs pieds, pieds créés de toute pièce par les pouvoirs qui traversent chacun de nos corps et de nos têtes.
Les révolutions sont des tentatives d'explosion, pour, sur des cendres à peine-cendres, re-fonder déjà un autre système, souvent sur les mêmes bâtis, souvent sur peu ou prou les mêmes normes, les mêmes règles, les mêmes lois. Sur la même idée d'éthique et de morale, d'universel et de vérité.
La révolution n'est qu'un instant, elle n'est jamais dans une durée suffisante pour atteindre son but. Rendre impossible l'usage du temps précédent, du système précédent.
Réduire un système, construire un système.
Au contraire face aux têtes mortes...
La dégradation, quand elle est permanente, rend progressivement inutilisable les systèmes du connu. La dégradation est ce moment d’une infamante destitution, d’une métaphysique vitale, d’une diminution morale et d’une action qui cause un dommage, qui rend quelque chose inutilisable, qui rend l’usage im possible.
Rompre avec la morale et l’éthique, dégrader jusqu’à ce plus rien ne soit utilisable du système, du fonctionnement, voilà ON lutte.
On veut changer le rapport au temps, à la durée à l’espace. Faire temps, durée et espace. Faire mouvement toujours pour et toujours contre. Rendre sa puissance à la puissance d’agir.
À la révolution, on préfèrera la dégradation permanente, de tout et en toute chose. Dans les têtes et dans les corps, dans les habitudes et dans l’ennui, dans le monde et dans la vie comme elle va, dans la médiocrité du réel, dans les « petits gestes du réel ».
Alors, on fait quoi ?
Être, innommable, indésirable, ingouvernable, inopportun, dégradant.
Toujours dégradant.
Abandonner, révolution et lendemains qui chantent, radicaliser tout, dégrader tout, sujet, égo, individualité, ipséité en premier. Abolir le normal, toute idée même de normalité.
On veut dégrader, dégrader sans cesse.
Mort à la révolution, vive la dégradation permanente ! Vive la commune !
Appel à la dégradation

À bas le réalisme socialiste.
Vive le surréalisme.

La connaissance la plus importante à l’homme de la politique est celle de la crédulité, de l’ignorance, de l’extrême simplicité de la masse, et de la vanité ou de la cupidité naïves, ou de la timidité et bêtise des autres, etc.
L’ignorance chez les très instruits, et leur crédulité en ce qu’elles savent n’est pas non plus négligeable.
Cette connaissance doit être presque instinctive. Elle ne sert bien que si l’on n’est pas obligé de faire effort pour traiter les bêtes en bêtes et les non-bêtes en faibles ou en canailles.
Paul Valéry — Principes d’anarchie

Et alors quelque chose se passe qui remet en cause l’ordre normal, habituel, les choses en l’état, le surplace, apparemment calme, en fait violent, la répétition du mensonge
Leslie Kaplan — Mai 68, le chaos peut être un chantier

L’insolence est la nouvelle arme révolutionnaire

IT’S TIME TO
SPREAD THE WORD
Ne prenez plus l'ascenseur, prenez le pouvoir











Les extraits utilisés dans cette anthologie sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.
Cette anthologie respecte les articles L122-5 et L211-3 du Code de la Propriété intellectuelle, les lapins et les roulés à la cannelle.